« Je suis mille possibles en moi » (A. Gide)

Mon coup de coeur : un récit de voyage sensible sur Madagascar

Dominique Rolland, Glissements de terrain : une ethnologue dans la vallée de Matitanana, Elytis. Coll. Grands voyageurs, 2007, 222 p.

l55826.jpg

© L.L. 2009

4e de couverture :
« Glissement de terrain [sic], revient sur le passage personnel de l’auteur, en tant qu’ethnologue, dans une vallée retirée du sud-est de Madagascar. Trois années durant, Dominique Rolland côtoie les Antemoro de la Matitanana, suivant le cours de la vie et de ses rites. Carnet d’un voyage lointain, c’est un vrai regard critique sur le rôle de l’ethnologue qui se dégage de cette expérience malgache inédite.  » Il vous semblait autrefois, à Paris, que l’ethnologie devait témoigner de l’intelligence de l’homme, de sa capacité à dominer les contraintes naturelles pour organiser la vie en société. Faire de l’ethnologie, c’était le désir impérieux de dire à l’Occident que le monde est infini, que la richesse de l’humanité réside dans sa diversité. Plus qu’une discipline scientifique, vous embrassiez à bras-le-corps une morale, et peut-être que sommeillait en vous la présomptueuse idée qu’il y avait quelque chose à racheter. L’ethnologie d’alors avait des allures de pratique militante opposée à l’insupportable superbe d’un monde qui s’affirmait seul tenant de l’intelligence, de la raison et de l’efficacité « .

N.B. J’ai entendu l’auteur, maître de conférences à l’Inalco, réciter un long passage de son livre aux Voûtes (Paris 13e) sous l’égide de Laterit Productions (Marie-Clémence et Cesar Paes), c’était à vous donner des frissons. D’ailleurs, je l’entends toujours en écho : « Mangatsiaka... », insistant sur chaque voyelle, à la façon antemoro. J’étais à nouveau dans le Matitanana. (NG)



Papygérard : complicité filiale pour vos 82 ans virtuels
6 juin, 2009, 18:18
Classé dans : Didier Galibert,difference,famille,hommage,Nivoelisoa Galibert

index.jpg

© D.G. 2009

Gérard Galibert (06/06/1927-06/06/2009) (DCD le 06/05/2008)

Je suis si heureuse de vous avoir connu.

J’aurais pu ne croiser que vos écrits universitaires sur la montagne alpine, la télédétection en géographie. Vous n’étiez pas littéraire, disiez-vous. Et pourtant, toute cette science de la terre, n’était-ce pas une façon poétique d’approcher la vie ?

La terre qui amasse les vivants invisibles et entoure les vivants visibles…

Bon anniversaire, Papygérard.

Votre belle-fille Nivoelisoa. « Ma fille », disiez-vous encore.



Danger : Men cooking
6 juin, 2009, 10:04
Classé dans : creation,decivilise,famille,hommage,humour,Madagascar,societe,voyage

Par Nivoelisoa Galibert

Paysage austral
© N.G. 2006

Extrait de Des mots pour langes…

[...] Car il faut que tu le saches, lecteur, pour le cas où tu aurais à passer dans cette région de Mada, la loi du groupe encourage les mâles de la fratrie à profiter des caresses de la belle-sœur en l’absence du frère afin que le plaisir reste dans la famille. Qu’il ne soit légué à aucun étranger. [...]

Etongavelo quant à lui était impatient de retrouver sa vadikely troisième-épouse-choisie-et-choyée. Seulement, deux années c’est long, il s’est trompé de case, aïe aïe aïe aïe, a confondu les trois cases des trois épouses, a donc pénétré dans la mauvaise case celle de la vadibé, aïe aïe aïe, quand par intuition il sait que la vadikely choisie-et-choyée quant à elle lui est restée fidèle[...].

La vadibé Ciel-mon-mari ! s’est offusquée de cette incivilité d’Etongavelo la surprenant dans les bras fraternels. Aussi a-t-elle esté auprès de l’assemblée des Sages du village. Après avoir écouté le concours de circonstances qui ont perdu l’accusé, les hommes du groupe ont acquitté celui-ci. En effet, atténuantes, ces circonstances – l’état de la piste de la ville au village, la rupture du circuit des taxis-brousse, la fatigue, le temps qui trace, le désir vespéral – tout avait parlé en sa faveur, exacerbé sa soif conjugale, éreinté son flanc de tireur de pousse, brouillé sa vue et son odorat dans le fumet du ranovola eau-de-riz-grillé du village.

Cependant la première épouse n’est pas satisfaite du verdict. Son mari Etongavelo est arrivé le sexe brandi quand le beau-frère et elle en étaient justement au couplet à-ne-pas-interrompre de leur romance. Alors se crée en dépit de tout sens commun le kabarin’ny viavy : les femmes décident de se retirer, de toutes se retirer du village, de toutes se retirer du village avec les enfants du plus petit au plus grand. Ils resteront entre hommes youyou ! youyou ! youyou ! jusqu’à ce qu’ils changent d’avis youyou ! youyou ! youyou ! pendant qu’elles iront rejoindre le prochain village dans l’attente de ce revirement qui rendra à César ce qui est à César : le pouvoir matriarcal youyou !!!!!! s’agissant de leur corps.



FELANIAINA, FAIS LA NANA

Par Nivoelisoa Galibert

copiededscn2389.jpg
© N.G. 2006

Felaniaina Pétale-de-Vie a guetté la pluie toute la journée.
Le directeur babtou du Ccf Centre culturel français lui a fait un jour l’intéressante remarque qu’il n’est pas logique qu’une jeune femme qui a fait des études en France ne songe pas à sortir les plantes vertes de son bureau quand il pleut. Qu’elles se rafraîchissent un peu, sacrebleu !
Ben non scrogneugneu ! Ici en Malgachie, les plantes elles font ce qu’elles veulent partout dans la cour on ne les garde pas à l’intérieur ni d’ailleurs le chat ni le chien ni la tortue ni le tanrec ni le cardinal ni le canari ni l’indri ni le marsupilami.
[...]
Qu’il fait bon regarder la pluie fouetter ces Babtoues qui se précipitent à la bibliothèque mettre la main sur le dernier Nothomb.
No tombes. Des zombies… Quoi faire d’autre sous les tropiques quand on est épouse de diplomate.
- Ho ! Fais-la-nana, à ton poste !
Felaniaina. Mais que c’est compliqué le malgache ! Nous au Ccf, nous disons tous Fais-la-nana.



In memoriam : complicité filiale 06/05/08 – 06/05/09
5 juin, 2009, 18:29
Classé dans : Didier Galibert,famille,hommage,Nivoelisoa Galibert,voyage

Papygérard
© N.G. 2006

Éloge par Didier et Nivoelisoa Galibert

Pour Papygérard
6 juin 1927- 6 mai 2008

Nous sommes rassemblés autour de l’homme qui nous a quittés, Gérard Galibert, Papygérard, que mille et une paroles, mille et un objets rappelleront toujours à notre souvenir, dans ces lieux où il a tissé les liens de sa nombreuse descendance. Là-bas, rue des Narcisses ou ici, sur cette terre des Pailhès à laquelle il tenait tant, puisque dix jours encore avant qu’il ne s’éteigne, il était venu ici comme pour un ultime au revoir.

 Nous saluons le patriarche qu’il était devenu, observant avec sagesse et patience le « bari-barau » de cette nombreuse famille éparpillée et surtout rassemblée autour de Mamyvette et de lui-même. Rassemblée le temps d’un repas ou deux, certes, mais dans de vrais moments de plaisir familial. Des moments que nous provoquions, puisque c’était là que nous nous retrouvions les uns les autres, après des mois sans nous voir, parfois même des années, quand des milliers de kilomètres nous séparaient.

 De Papygérard, nous voulons d’abord retenir cet homme plein d’affection et qui avait conquis sur lui-même une faculté d’écoute exceptionnelle. Sans qu’il ait l’air d’y toucher, rien ne lui échappait des conversations qui se croisaient. Et quand nous le croyions perdu dans des pensées personnelles, le voilà qui levait son regard vif, et, d’une voix égale, ponctuait le bruyant échange familial d’une remarque brève et jamais anodine. C’était cet homme qui se levait lentement au milieu de notre verbiage, son inséparable Nikkon autour du cou, et faisait un portrait ici, un autre là. Portrait de groupe, portrait d’individu, on ne savait jamais quand ils avaient été faits et on les voyait rarement, mais ils étaient faits avec l’œil du professionnel aguerri, apte à capter de loin le détail porteur de sens. Car Papygérard ne perdait de vue aucune de ses ouailles, épouse, sœur, fils, belles-filles, petits-enfants… Faisant équipe avec sa sœur Monique et avec notre mère et grand-mère, il colmatait nos lacunes pour conter les histoires de famille, mémoire vivante et souvent facétieuse.

 Papygérard, c’étaient ces réunions conviviales, mais aussi des tête-à-tête passionnants. Technicien et ingénieur avec les uns, géographe et historien avec les autres, littéraire avec d’autres encore. En tout cas, il nous gratifiait de conversations personnalisées, où la petite anecdote faisait toujours sens dans les purs moments de mélancolie. Je le cite : « Paul Valéry avait dépassé l’âge de 60 ans quand il a accédé directement au Collège de France après avoir été toute sa vie employé de bureau au Ministère des Finances à Paris ! ». Il nous livrait ce qu’il savait, mais il apprenait aussi volontiers ce que nous lui rapportions de nos voyages respectifs : « Je ne connaissais pas ce mot », reconnaissait-il sans forfanterie, et lui, le savant géographe au savoir déconcertant, il apprenait encore comme un écolier le vocabulaire spécifique des générations successives. Et quand nous étions repartis au loin, il écoutait avec attention bruire avec fracas, ou plus modérément, les événements de nos vies respectives. Il avait alors la bonté de dévoiler aux uns et aux autres leur propre force quand, grands ou petits, ils rataient une marche ou paraissaient hésiter. Cela nous est arrivé à presque tous, et jamais il n’en a tenu rigueur à personne. Jamais de reproche, mais plutôt la tolérance de l’homme qui avait peu à peu compris pour lui-même les leçons de la vie et qui comprenait la vie des autres. Mieux, il les rappelait avec efficacité à l’ordre pratique des choses pour repartir d’un bon pied. Il a ainsi géré avec générosité son petit monde éparpillé au loin, avec la sagesse aussi de celui qui a arpenté tant d’espaces et expérimenté tant de tempéraments. Les horizons du Sahara et du Spitzberg avaient comblé son goût de la lumière et de l’immensité. De ses années indonésiennes, à Djakarta, il avait rapporté le goût et le savoir de la différence culturelle, l’importance du respect de l’autre dans des recoins souvent insoupçonnables. Aux Pailhès, à Toulouse, à La Réunion dans l’océan Indien, les notes scientifiques qu’il publiait voici quelques mois encore l’associaient de loin à la communauté des chercheurs.

 Le voici donc tout de bleu et de blanc vêtu, assis avec son GPS surdimensionné près de sa canne, devant le treillis des rosiers des Pailhès. Un homme haut en couleurs, quelquefois excessif dans ses paroles mais jamais dans ses actes et dans ses décisions.

 Nous ne l’entendrons plus dire « ce petit » ou « mon petit », en parlant de ses fils, devenus pourtant pères de famille et grands voyageurs à leur tour. Nous ne recevrons plus de petits post-scriptum, tels que : « J’ai dû changer trois fois de rollers… Veuillez excuser les changements de couleur d’encre et de largeur de trait ». Mais nous conservons le timbre de la voix professorale annonçant invariablement au téléphone : « Gérard Galibert ».

 Comme le dit Mamyvette : « De manière différente, certes, tous, nous avions quelque chose à partager avec lui ».

 Nous lui souhaitons, selon ses propres termes, « toutes sortes de bonnes choses » et nous l’embrassons très fort là où il est désormais.

 Proches ou amis sont venus parfois de loin : qu’ils en soient remerciés. Aujourd’hui, croyants ou incroyants, nous lui disons tous : « Repose – reposez – en paix ».

 Le Bez, le 9 mai 2008


Mundus Antiquitatis |
2008: Sur les chemins du su... |
Ben & Marion's Australi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CanadaBlog
| Tafraout - Circuits Excursi...
| almimi