« Je suis mille possibles en moi » (A. Gide)
  • Accueil
  • > creation
  • > Rencontre-débat à Nanterre : Des mots pour langes… Intervenants : MC Gomez-Géraud et JM Moura

Rencontre-débat à Nanterre : Des mots pour langes… Intervenants : MC Gomez-Géraud et JM Moura
Des mots pour langes et quelques soties malgaches 

Rencontre-débat à Nanterre : Des mots pour langes... Intervenants : MC Gomez-Géraud et JM Moura dans creationmoz-screenshot-2 dans Diego-Suarez

moz-screenshot dans difference  dans fiction

Litt.générale
Récit

OUVRAGE DISPONIBLE

Librairie L’Harmattan

sur ChaPitre.com

sur Fnac.com

sur http://www.editions-amalthee.com/article.php?sid=1770

sur Amazon.fr

sur Alapage.com

Dilicom (libraires)

 

 

 

Rencontre-débat

avec

Nivoelisoa Galibert

 

Université Paris-0uest – Nanterre

Mercredi 31 mars 2010

18h-19h30

Bât. L Salle R05

 

Discutants :

Marie-Christine Gomez-Géraud

Jean-Marc Moura

 

Des mots pour langes et quelques soties malgaches
Nivoelisoa Galibert
96 pages
11.00
Isbn 978-2-310-00508-1 

NOTE DE L’ÉDITEUR

À la fois caustique et tendre, railleur et réflexif, prosaïque et poétique, ce recueil suggère que le commerce avec l’Autre peut faire de la différence culturelle une source d’émotions inattendues… L’auteur y découpe la vie de Lisa, enfant à Madagascar puis universitaire, voyageant entre son pays natal et sa patrie d’adoption, la Francophonie. Madagascar, pays fantasmatique, devient alors « Mada », île-continent bien réelle dont les arcanes perdent un peu de leur mystère au fil des anecdotes contées !
Les textes présentés ici peuvent se lire d’une traite ou en se ménageant quelques haltes entre deux récits pour savourer une langue inédite.
Professeur de littératures comparées, née à Antananarivo, Nivoelisoa Galibert y a vécu jusqu’en 1970 puis de 1979 à 1996.
Après plusieurs années en alternance entre Madagascar et La Réunion, elle réside actuellement à Bordeaux.

 

 

 

 


9 commentaires
Laisser un commentaire

  1. bekoto

    Je me ferais un grand plaisir à lire ce dernier ouvre Chère Nivo . J’ai l’impréssion qu’il y a un monde ( cosmos ? ) dans lequel tu évolues au loin …merci pour le partage de ce monde…
    Amitiées de la Grande île
    Bekoto

  2. Nivoelisoa Galibert

    Hi, Bekut,

    Soit Je t’envoie un exemplaire puisque tu as reçu L’Aube en maraude l’autre fois. On fait confiance à la poste et on tente le coup ? Ou était-ce un miracle ? D’habitude, je e poste jamais aucun document même recommandé pour Mada.
    Soit, je le laisse auprès des Paes pour août. Nous ne sommes pas sûrs de te voir à ce moment-là parce que c’est ma période Ouessant (jury du Prix du Livre insulaire;
    Réponds vite, toi tu sauras ce que je dois faire.
    Biz

  3. bekoto

    Merci Chère Nivo
    La Poste Malgache fonctionne convenablement et je te remercie de ton envoie du livre  » l’Aube en maraude » que j’ai bien reçu en pains propres du facteur d’Antsirabe…je crois t’avoir déja remercier de ton bon livre ou je deviens négligent ? Faisons confiance à la Poste Malgache crois moi …Si par hasard la situation devient un peu trouble par ici , il est sûr et certain que la Poste Française préviendra toujours les usagers comme quoi :  » L’envoie postal à Madagascar est suspendu et se fera au risque et péril de l’envoyeur  » . Comme exactemment en 2002 où Madagascar et Kaboul étaient  » coupés  » du monde…Mais ce n »est pas le cas aujourd’hui.malgré les on-dit et les rumeurs …
    merci à toi .
    bekoto

  4. Nivoelisoa GALIBERT

    OK. Merci de cette bonne nouvelle qui tue les réticences (celles-ci sont coriaces par ici). Si le courrier postal ne disparait plus dans la nature, c’est un espoir dans la nébuleuse.

    Amitiés

    PS Et as-tu reçu par mail les doc concernant AT ? Ils étaient assez lourds.

  5. Rabekoto H.

    Merci bien encore Chère Nivo
    Bien reçu aussi les Docs AT .
    Je reconfirme que la Poste Malgache fonctionne et que le facteur du coin aussi est sympathique avec sa bicyclette des années 80 !
    Bon week end Chère Nivo
    Bekoto

  6. rabekoto honoré

    Chère Nivoelisoa
    Notre facteur ici m’a donc remis en main propre le livre que tu m’avais envoyé ( Des mots pour langes et quelques soties malgaches ). Le livre avait mis en tout 15 Jours pour arriver chez moi .Effectivement , le livre se lit par morceaux ou en entier et c’est très gentil de me l’envoyer .
    Mille merci
    Bekoto

  7. Nivoelisoa GALIBERT

    Attention, Bekut,
    c’est de la fiction, ce n’est pas un bouquin pour fâcher des amis mais plutôt pour faire sourire les amoureux des mots.
    C’était libérateur pour moi.
    Et toi, tu fais partie des rares potes qui en ont vu l’ébauche : tu es déjà jusqu’au cou dans le bain du point de vue nivesque.

    Bises !

  8. rabekoto

    Chère Nivo
    J’aime bien  » Les mots libérateurs  » et je lis ,sans modération ton livre entre deux sorties en Brousse …Les paysans m’ont demandé ce que tu écrivais là car j’ai expliqué que c’est une amie Malgache qui travaille Outre – Mer qui écrit en Français ..Ils m’ont dit  » C’est excellent que des Malgaches arrivent aussi à parler la langue Française comme toi…nous sommes aussi intelligents nousles Malgaches ( Mety mihintsy raha mba Gasy koa no mba mahay ny teniny ireo Vazaha ireo…Voninhahitra ho antsika izany…isika anie mahay é )
    Affections
    bekoto

  9. Nivoelisoa GALIBERT

    Salle bien remplie le 31 mars : de collègues, d’étudiants avancés, de Vazaha nostalgiques. Deux seules Malgaches : une intervenante émue qui a tenu a préciser son origine, et… moi. Une surprise de taille : la présentation, très littéraire, du recueil par la doctorante Marie Mourau Hudelot (rapprochements avec … Diderot, Umberto Eco). Lecture francophoniste tout aussi pertinente du Pr. Jean-Marc Moura, qui a souligné la réussite de l’entreprise d’exote, satirique (du microcosme universitaire, malgache et français, et de l’institution Francophonie) et surtout humoristique. Propos sur l’humour nuancé par Jacques Lombard, Michèle Fiéloux et moi-même qui avons évoqué la violence sous-jacente : le livre refermé, on est mélancolique, le « sourire littéraire » était au service de la « captatio benevolentiae » du lecteur…
    … La charge d’émotion était palpable dans la salle. Le mot final : « C’est une nouvelle génération d’écriture, décalée, qui se met ici en place. Il faut surtout continuer.  » (Jean-Marc Moura).
    Je retiens les retours favorables de Bernadette Paringaux (Federop), de Sophie Linon-Chipon de Paris et de Philippe Chipon de La Napoule, de François Moureau de Paris, de l’épouse de Haja R. de Tribune.com, de Honoré Rabekoto d’Antsirabe, de Vincent de Nouvelle-Calédonie, de Clara R. de Lyon, de Bodo Voahangy R. de Montréal et de tous les autres en ligne.

    Merci au Pr Marie-Christine Géraud, instigatrice de cet événement, et au Pr. Jean-Marc Moura, autre discutant fort averti, ainsi qu’à tous les présents habités par la curiosité portée sur la différence culturelle.



Laisser un commentaire

Mundus Antiquitatis |
2008: Sur les chemins du su... |
Ben & Marion's Australi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CanadaBlog
| Tafraout - Circuits Excursi...
| almimi