« Je suis mille possibles en moi » (A. Gide)

À lire : Le Sens littéraire de l’humour (Jean-Marc Moura, PUF, 2010)
24 mars, 2010, 12:15
Classé dans : etude,humour,lieux de culture,litterature,reflexion

Présentation de l’éditeur :

Y a-t-il une notion plus galvaudée que celle d’humour ? Tout le monde voudrait en avoir mais personne ne sait exactement en quoi il consiste. Le phénomène a suscité d’innombrables travaux en philosophie et dans la plupart des sciences humaines, sans que l’on s’accorde sur ce phénomène particulièrement déroutant. Le domaine littéraire est en l’occurrence particulièrement intéressant, car il existe un ensemble d’oeuvres majeures assez unanimement reconnues comme représentatives de l’humour occidental. À partir de la relecture de ces oeuvres, le livre pose au fond deux questions : qu’entendre exactement par humour en littérature et par quels moyens un texte réussit-il à nous faire sourire ?

Caractérisé par une ambivalence foncière, l’humour littéraire manipule les discours, traverse les genres, recourt à la plupart des procédés rhétoriques et cultive n’importe quelle thématique, pour engendrer chez le lecteur un sourire qui se distingue clairement de l’ordre plus général du comique ou de la satire. Cet art de faire coexister les éléments textuels les plus contradictoires relève d’une poétique dont l’auteur met en évidence les grandes procédures.

Au carrefour de l’histoire des idées et des études littéraires et culturelles, cet ouvrage, qui s’appuie sur de nombreux travaux tant passés que récents (souvent non encore traduits en français), développe des analyses plongeant dans le meilleur des lettres occidentales et redécouvre ainsi le lien primaire unissant texte littéraire et sourire humoristique.

NB de N.G. : On peut s’attarder particulièrement sur la troisième partie :

LE SENS SOURIANT DE L’EXCENTRICITÉ HUMAINE

I. Dispositions de l’humour : Le moi parodié La synthèse contradictoire L’inconsistance

II. Le sourire de la littérature

Jean-Marc Moura, professeur de littérature à l’Université de Paris Ouest, est notamment l’auteur de Littératures francophones et théorie post-coloniale, L’Europe littéraire et l’ailleurs (PUF, 1998), et La Littérature des lointains. Histoire de l’exotisme européen au XXe siècle (PUF, rééd. « Quadrige » 2007), (Champion, 1998).



L’université sans la pensée hostile

Note relevée dans l’article de J.-M. Racault, « Histoire et enjeux d’un mythe anthropologique : les Quimos de Madagascar à la fin du 18e siècle » in C. Gallouët, D. Diop, M. Bocquillon et G. Lahouati (eds.), L’Afrique du siècle des Lumières : savoirs et représentations, Voltaire foundation, Oxford, 2009

Nous remercions vivement notre collègue Nivoelisoa Galibert, qui avec sa générosité coutumière nous a fait bénéficier de son inépuisable savoir concernant les sources bibliographiques de l’histoire de Madagascar. Nous avons également tiré parti de sa Chronobibliographie analytique de la littérature de voyage imprimée en français sur l’océan Indien (Madagascar, Réunion, Maurice) des origines à 1896, Paris, Champion, 2000. Le territoire des Kimosy engloberait la vallée de la Menarahaka et la chaîne de l’Ivohibory, située entre les villes actuelles d’Ihosy et d’Ivohibe. Divers articles ont été consacrés aux Quimos, notamment celui de J.-Cl. Hébert, « A propos des Kimosy ou le mythe des Pygmées malgaches », Bulletin de Madagascar, 1973, que nous n’avons pu malheureusement consulter. Le mythe des Quimos en France au XVIIIe siècle a donné lieu à quelques brèves mais suggestives remarques de Michèle Duchet (Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Maspero, 1971, p. 53 et p. 117). Elles ont été le point de départ de cette étude. On trouvera aussi de précieuses indications relatives à la réception des mythes anthropologiques dans la France des Lumières in François Moureau, Le Théâtre des voyages, une scénographie de l’Age Classique, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, coll. « Imago Mundi », 2005 (sur les Patagons, voir « L’Abbé et les géants patagons ou « l’idée folle » de Gabriel François Coyer », p. 369-378 ; sur le mythe tahitien et – ponctuellement – sur les Quimos, voir « Presse et opinion publique : le rendez-vous manqué de Bougainville », p. 465-495).

Pour mieux appréhender l’oeuvre universitaire de Jean-Michel Racault, par ailleurs directeur fondateur du Centre de Recherches Littéraires et Historiques de l’Océan Indien  (CRLH en 1984), prendre connaissance de l’ouvrage d’hommages rendus par ses collègues du monde entier in Marie-Françoise Bosquet, Serge Meitinger et Bernard Terramorsi, éds., Aux confins de l’Ailleurs. Voyage, altérité, utopie. Hommages offerts au professeur Jean-Michel Racault, Paris/Saint-Denis, Klinclsieck/Université de La Réunion, 2008, 384 p. Contributions de François Moureau, Paolo Carile, Nivoelisoa Galibert, Réal Ouellet, Catriona Seth, Chantale Meure, Bernard Champion, Bernard Terramorsi, Gérard Veyssière, Jean-François Géraud, Guilhem Armand, Ruth Menzies, Aurélia Gaillard, Marie-Françoise Bosquet, Christian Chelebourg, Patrice Uhl, Laurent Versini, Raymond Trousson, Françoise Sylvos, Nadia Minerva, Alain Sebbah, Jean-Paul Engélibert, Serge Meitinger, Jacques Tual, Frank Lestringant, Pierre Brunel, Gabriele Fois-Kaschel, Jean-Marc Houpert, Béatrice Didier, Bernard Jolibert.


Mundus Antiquitatis |
2008: Sur les chemins du su... |
Ben & Marion's Australi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CanadaBlog
| Tafraout - Circuits Excursi...
| almimi