« Je suis mille possibles en moi » (A. Gide)

Poésie : j’ai aimé « Mihamavana Madagascar » de Jacques Lardoux

MIHAMAVANA MADAGASCAR de JACQUES LARDOUX
OU QUAND LES RÊVES SE FONT RÉCITS
Par Nivoelisoa Galibert

Mavana ocean Indien
© N.G. 2007

[Corpus : Jacques Lardoux, Mihamavana Madagascar, Poitiers, Le Torii Éditions, coll. “La langue bleue”, 1999, 61 p.
Le titre de cet article publié dans L'Express de Madagascar à la parution du recueil est inspiré par la formule d’Yves Bonnefoy, “récit en rêve” lequel désigne un nouveau type d’écriture, entre poésie lyrique et prose poétique.]

Nous connaissions déjà les Éditions du Torii pour l’intérêt qu’elles portent à l’ailleurs – ailleurs vécu, ailleurs rêvé ou simplement imaginé. Alain Quella-Villéger y avait fait paraître en 1990 Routes malgaches, le numéro spécial des Carnets de l’exotisme (1).
Et la Faculté des Lettres de Tana se souvient certainement de ce jeune universitaire posé mais point austère – regard bleu, toujours égal à lui-même – d’une science, d’une générosité intellectuelle, qui ne seront passées inaperçues ni de ses étudiants ni de ses collègues.
Originaire du Val d’Oise, docteur es Lettres, coopérant à Madagascar de 1978 à 1984, puis maître de conférences à l’Université Paul Valéry de Montpellier, Jacques Lardoux est actuellement professeur à la Faculté des Lettres d’Angers.
Quinze ans après son départ de l’Ile, il ne baisse pas pavillon devant le drame malgache (2). Le titre de son recueil de poèmes, Mihamavana Madagascar – murmure et clarté des sonorités malgaches – est significatif : “Mihamavana en malgache indique l’action de fleurir”, nous annonce-t-il d’entrée de jeu (3). Ainsi, dans ce recueil, l’espoir se conjugue hors du futur : “entre la tentation de l’éternité et le simple présent”, constate Guillevic.
A cela, j’ajouterais que la poésie de Jacques Lardoux se trouve dans ce qui nous manque. Elle se trouve dans ce que nous voudrions qu’il existât. Car elliptique à souhait, à la façon malgache, ce recueil résonne comme un imparfait du subjonctif qui ne se dit pourtant jamais, paradoxalement chaud, parfois torride, aventure merveilleuse à laquelle nous invite chaque “récit en rêve”.
Autre aventure merveilleuse pour le lecteur : confronté à l’impossible compte rendu, le critique choisit de s’effacer derrière le non-dit d’un vrai poète. “Frissons/Avènement” (40), “chaude/Odorante colorée” (40), “bleu qui vire au violet”(44), “doux tendre profond” (55)… : ses propres mots font le tour de notre émotion.
Lecteur, voici quelques passages de Mihamavana Madagascar, “à goûter avec la chair, sans peur de la destruction” (Jean-Charles Dorge (4)) :

“Zaza…
Poursuivant l’arc-en ciel
Vêtues de soleil
Les petites filles
Ne savent pas se résigner
Elles font de la soupe
Avec des fleurs !” (33)

“Mihamavana ny zakaranda…
Les jacarandas violinent (…)
Les enfants du quartier Nord
Nouent les tresses du vide
Aux couleurs du matin (…)” (12)

“Celle dont la jupe
Se lève
Ouvre une faille
dans le vide de notre avenir” (53)

“Maintenant
Que tout est devenu eau et ciel
Là comme une vibration
Un accord dans le fruit
- “Maki maki…” (41)

Voilà enfin qui ressemble à Madagascar. Après cinq siècles et un millier de croquis français d’inégal bonheur, la relève de Robert Mallet (5) est mieux qu’assurée. Jacques Lardoux éclaire d’un rai subtil, délicat, le champ des souvenirs malgaches. L’Ile ressort grandie de ce regard nouveau, pénétrant, tout silence et lumière. Elle grandit de cette fusion jamais défaillante avec le naturel malgache. Et pour ne rien enlever au plaisir de l’esthète, l’objet est distingué : format italien, couverture et papier mats, blanc rompu, mise en page aérée de paysages malgaches – photographies en noir et blanc de l’auteur… A posséder sans regret dans sa bibliothèque personnelle !

Notes :

1) Routes malgaches. Les Carnets de l’exotisme, n°2-3, avril-septembre 1990 2) Les années 1980 sont celles des pénuries de PPN ou Produits de Première Nécessité à Madagascar. 3) Avec la complicité de Mathilde Rakotozafy pour la traduction.
4) Préfacier du recueil.
5) Les Mahafaliennes (1961) ; Région inhabitée (roman,1964) ; La Rose en ses remous (1971) ; Quand le miroir s’étonne (1974). Toute l’oeuvre de Robert Mallet est parue chez Gallimard.


Mundus Antiquitatis |
2008: Sur les chemins du su... |
Ben & Marion's Australi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CanadaBlog
| Tafraout - Circuits Excursi...
| almimi