« Je suis mille possibles en moi » (A. Gide)

Paysans, intellectuels et populisme à Madagascar…, par F. Raison-Jourde et G. Roy (Karthala, 2010)

Françoise RAISON-JOURDE et Gérard ROY, Paysans, intellectuels et populisme à Madagascar. De Monja Jaona à Ratsimandrava (1960-1975),

Paris, Karthala, coll. Hommes et sociétés, 2010, 490 p.

4e de couverture :

Pays indépendant depuis 1960, Madagascar connaît en 1971-1972 sa première grande crise. Le régime, réputé stable grâce à l’image débonnaire de son président, Philibert Tsiranana, s’effondre sous un double impact. D’abord en 1971, la révolte des paysans du Sud déshérité, sans armes, menés par Monja Jaona, ancien des luttes anticoloniales. Le brutal « rétablissement de l’ordre » révèle un rapport d’oppression et d’exploitation sous couvert d’un discours développementiste.

Puis c’est le mai malgache, manifestations de collégiens et étudiants font chuter le régime. Une génération de jeunes diplômés réclame des emplois et s’insurge contre le lien néo-colonial. Formée sur place, est-elle pour autant enracinée identitairement et consciente des difficultés des ruraux qui constituent plus des trois quarts de la population ? Dans l’encadrement entièrement français de coopérants et chercheurs, certains sont des alliés dans la critique du régime et aident à la montée d’intellectuels militants malgaches. Ensemble, ils opèrent des transferts de concepts et outils pour l’analyse des sociétés locales en termes de classe.

Mai 1972 amène aussi la prise en charge du paysannat par le ministre et colonel de gendarmerie Ratsimandrava qui opte pour la voie du fokonolona, unité de base  en partie autogérée. Populiste, il ne croit ni à la démocratie à l’occidentale ni aux partis. Son assassinat, éclairé ici avec précision, entraîne le gauchissement de son plan, repris par Ratsiraka dans un projet de révolution par le haut.

Ces épisodes majeurs sont éclairés par la parole d’acteurs locaux : paysans en réunion ou à la radio, histoire de vie de Monja Jaona, tournées de Ratsimandrava, courriers d’époque et entretiens actuels avec d’anciens coopérants. La reconstitution du champ intellectuel citadin est confrontée à la méfiance des « sans diplôme » qui ont la mémoire de 1947 et une riche imagination politique. Le tout se veut une fabrique de l’histoire malgache par le bas.



Jean-Joseph Rabearivelo (1903-1937) ou la mise en récit du deuil

© NG

On connaissait le Rabearivelo poète. Un peu moins le prosateur bilingue, auteur notamment de romans et de nouvelles francophones publiés à titre posthume en 1988 (L’Interférence, roman suivi de Un conte de la nuit, nouvelle, Hatier 1988) et dans Océan Indien (L’Aube rouge, Omnibus, 1998).

Composé en 1933-1934, Un conte de la nuit constitue le fruit d’un imprévu douloureux puis obsessionnel dans la vie de l’écrivain : en l’espace de quelques semaines, il perd sa fille Voahangy (17 janvier 1931 – 2 novembre 1933), dans des circonstances restées obscures, allant de la nécrose d’un orteil aux symptômes d’un empoisonnement. Ainsi, le but premier de l’écriture de cette nouvelle semble une catharsis : l’écriture crée « la douce et cruelle illusion de son… non‑départ [de Voahangy]! », indique Rabearivelo en décembre 1933 dans les Calepins bleus, son journal intime prévu de paraître dans la collection « Planète libre »  du CNRS le 4 octobre 2010. L’objectif annoncé souligne d’entrée de jeu l’alliance de la lettre et de la perte. En effet, considérée comme une chance de « survie », l’écriture tire son expressivité du fait que le travail de deuil est à l’oeuvre au sein même de la narration. En tant que récit d’un événement vécu, la nouvelle se lit d’ailleurs parallèlement au journal où Rabearivelo consigne les faits entourant la mort de sa fille, à la fois les mêmes et autres : « […] Si j’ai attendu l’évolution d’une lune […] c’est tout simplement aux fins de me sentir au strict milieu de mes souvenirs et pour pouvoir composer de leurs fleurs une gerbe… identique, fidèle. » (Calepins bleus, décembre 1933) [Nous soulignons].

Dans cette composition, il choisit un peintre comme protagoniste. La focalisation externe était la condition des stratégies choisies d’évitement et de diversion du moi privé protégé par le journal (« Per se, strictement per se »). Le versant public devrait donc l’emporter ici sur le versant privé. Mais il semble que c’est paradoxalement dans ce texte du retrait de soi par la fiction (Un conte de la nuit est une nouvelle) que Rabearivelo se dévoile le plus. Cette interrogation sur les frontières des deux présentations d’un moi public, associé à l’écriture, et d’un moi privé, irréductible, est sans doute à l’origine de la non publication de l’opus du vivant de l’auteur.

Pour suivre Laure Depretto, « dans l’atelier du moi écrivant apparaissent ainsi tous les scrupules concernant le choix du départ entre ce qui peut être public et ce qui doit rester privé, notamment dans le domaine des relations amoureuses »[1]. Ainsi, la grande absente d’Un conte de la nuit, est Paula, une des amantes de Rabearivelo, à qui la nouvelle est dédiée sous le pseudonyme de « Janvier » ainsi qu’à sa femme Mary. Paula a pourtant accompagné Rabearivelo pendant toute la maladie de Voahangy. En effet, au-delà du moi endeuillé, une autre déclinaison du moi qui surgit à travers Un conte de la nuit dans la stratégie de dispersion est le moi générationnel qui pourrait expliquer la réticence de Rabearivelo à la publication : « Le comprendra-t-on ? Ce que je tâcherai avant tout de démontrer et d’analyser dans ma nouvelle, c’est un conflit de culture et de race qui confine en drame sombre et déroute un homme, une conscience, une âme, un tempérament. Celui que j’appelle LUI dans cette histoire n’est autre que moi. » (Calepins bleus, janvier 1934). Par ailleurs, Rabearivelo soulève dans la nouvelle la question alimentaire et baudelairienne de la reconnaissance de l’artiste pour la subsistance : « […] il faut plaire à ceux aux frais de qui l’on veut vivre ! ». Mais social dans la dénonciation des problèmes culturels et raciaux de la société malgache (superstitions, sorcellerie, tradition des simples, préjugés de « dynastie », opposition entre Merina et peuples de la côte, vertu du métis, etc.), le romantisme se sert de la métaphore d’un écrit à l’autre[2]. Par exemple, les « innombrables taches rouges » observées sur le ventre de l’enfant dans les Calepins bleus, décembre 1933) deviennent « d’innombrables grappes de raisins [sic] » dans Un conte de la nuit. Naturaliste aussi dans la précision clinique, Rabearivelo use du « petit fait vrai » : les gémissements  de la mourante : « Je souffre ! Le ventre me brûle ! Je meurs ! Père ! Mère ! Des cataplasmes chauds ! Des inhalations ! De l’eau ! » (Calepins bleus, décembre 1933) sont  répercutés  presque littéralement dans la nouvelle : « Je brûle, ô père, ô mère ! Je brûle ! Mon ventre est en feu ! Donnez-moi de l’eau, du lait, du Vichy ! Donnez-moi quelque chose ! Je brûle ! ». Si, grâce aux forces de l’imprévu, Rabearivelo peut inventer à sa voisine, la « jeune vieille », un passé de commerce avec « la vertu mystérieuse des arbres et la force sacrée des morts », il peut aussi établir un réseau de correspondances symboliques entre les trois règnes du végétal (le raisin), de l’animal (le chiot) et de l’humain (l’enfant)[3] : le raisin empoisonné dans la fiction protège l’auteur de tout soupçon de superstition, l’enfant rend toutefois son dernier soupir au moment même où meurt le chiot de la « sorcière » – désignée comme telle dans la nouvelle et non pas dans les Calepins bleus -.

Ainsi, l’étude des personnages fait éclater ceux-ci en différentes représentations – représentations fantasmatiques ou métaphores de conflits psychiques. L’opposition s’installe entre savoir intellectuel du peintre et sciences obscures du voisinage, entre lesquels se glisse un tiers élément : la pharmacopée (le peintre guérit quelques jours plus tôt d’une fièvre bilieuse grâce au pouvoir des simples). Enfin, la vertu du métis, autre élément liminaire[4] sur la frontière du monde occidental convoité et du monde traditionnel malgache, offre à Rabearivelo le dénouement souhaité dans la réalité : devant sa maison qui « saigne » grâce au stratagème de l’aniline rouge[5] sur le toit exposé à la pluie, la police emmène la sorcière devenue folle.

En résumé, l’écrivain et le peintre, la voisine suspecte et la sorcière, le métis imaginaire à la charnière de deux civilisations, dénués de noms mais caricaturés (le peintre évoque nécessairement Gauguin, la sorcière est entourée de chats) construisent l’unicité du récit autour de quelques artefacts : la réplication par la similarité, la répétition et l’opposition. Le travail de deuil est ainsi devenu une forme de désir qui structure l’enchaînement des événements narrés par la dynamique de la mémoire au service du « public ». Travail de mémoire sur le rôle de Paula et sur les raisons réelles de l’impécuniosité du couple ; omniprésence d’« objets » – ainsi de ces « yeux révulsés » de la voisine -, un constant échange inarticulable entre d’une part, le moi privé représenté par Rabearivelo, et d’autre part les doubles qu’il se crée, à la fois le peintre et le métis mis en récit : à partir de ces symptômes psychiques, Rabearivelo décrit les mécanismes de défense du moi et les stratégies d’évitement générées par la redécouverte des pouvoirs de la lettre et l’édification d’un contre-pouvoir déconstruisant la réalité mortifère de la perte.

Ce sont là les prémices de l’hybridité, concept postcolonial développé beaucoup plus tard, dans les années 1990, par l’école d’Homi K. Bhabha[6].

Décidément, le personnage de Jean-Joseph Rabearivelo était largement en avance sur son époque.

 

 


 

[1] Laure Depretto « Quel genre pour quel moi ? Les paradoxes du récit de soi » CR de Moi public et moi privé dans les mémoires et les écrits autobiographiques du XVIIe siècle à nos jours, études réunies et présentées par Rolf Wintermayer  en collaboration avec Corinne Bouillot  Mont Saint-Aignan : Publications des universités de Rouen et du Havre, 2008, 443 p. En ligne. URL : http://www.fabula.org/actualites/article26651.php. Site consulté le 16 octobre 2009.

[2] Selon Patrick Marot, « La conception de la métaphore comme processus de deuil, telle qu’elle se manifeste dans l’esthétique romantique, est étroitement liée à cette définition d’une perte ontologique inhérente au langage », in Pierre Glaudes et Dominique Rabaté, Deuil et littérature, Modernités 21, Presses universitaires de Bordeaux, 2005 p. 118-119.

[3] Voir Josette Rakotondradany, « L’expérience vécue. 1. Un conte de la Nuit », L’univers de Jean-Joseph Rabearivelo, thèse de doctorat d’État ès lettres, Université de Provence, 1987, t . 1, p. 100-109.

[4] Le passage d’une époque à une autre, d’une culture à une autre, d’un statut à un autre… constitue un espace de tous les possibles. Voir Victor Turner, Le Processus rituel : structure et contre-structure, Paris, PUF, 1990, [1e éd. : The Ritual Process : structure and anti-structure, Ithaca, Cornell University Press, 1969]

[5] L’aniline est un composé organique aromatique de formule chimique. En sus de la couleur violet-bleu utilisée par les peintres, l’aniline a été le produit de départ de la synthèse d’un grand nombre de médicaments. La « sorcière » croit qu’il pleut du sang sur sa maison, de la démence dans la fiction de Rabearivelo.

[6] Voir, Homi K. Bhabha, Les Lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007 [1e éd., The location of culture, 1994]

 



Madagascar à l’UNESCO : du journal intime de Rabearivelo à la performance de Ny Malagasy Orkestra

  JOURNÉES DE MADAGASCAR À L’UNESCO :

  ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ

  Journées culturelles de très haut niveau Place Fontenoy à Paris ces 1e et 2 juillet 2010.

  Une nouvelle exposition, un autre regard

  Entre le savoir-faire du travail du bois chez les Zafimaniry, la peinture  innovante de Lova Ratsimandresy et l’exposition sur le poète Jean-Joseph Rabearivelo, les spectateurs ont été transportés par l’élégance de la salle. Autour de l’ambassadeur de Madagascar près l’UNESCO, Irène Rabenoro, étaient réunis quelques-uns des plus talentueux artistes malgaches actuels. Si l’art zafimaniry appartient à une tradition malgache immémoriale, les explications et objets exposés par Daniel Coulaud étaient prolongés par les documents de Sophie Bazin et Johary Ravaloson, lauréats du Prix du regard poétique au Salon du Livre insulaire d’Ouessant en 2009. Lémuriens et caméléons de Lova Ratsimandresy, par la chaleur des couleurs choisies, ont impressionné avec leurs interminables queues qui se terminaient en graffiti citadins, cachet du designer, dans une perspective qui n’a rien à envier à la géométrie picturale, quoique plus abstraite, du grand Paul Klee (1879-1940).

  Les « Calepins bleus », journal intime de Rabearivelo

   Le clou de l’exposition était manifestement l’exposition sur Jean-Joseph Rabearivelo. L’on apprenait la prochaine parution en 2011 d’une édition intégrale de son œuvre : plus d’un millier de pages de poésie et de prose dont beaucoup d’inédits. Celle-ci sera précédée le 4 octobre prochain par celle des « Calepins bleus » : aujourd’hui propriété du CNRS, le journal intime de l’écrivain a été si longtemps tenu secret par les descendants Rabearivelo-Rakotomanga que l’on en était venu à se demander s’il ne relevait pas du mythe. Il existe bel et bien et il nous réserve de grandes surprises sur l’homme. Ainsi sa propension au jeu, à l’opium et à l’alcool. Ou sa relation avec une actrice de théâtre qui lui a donné un enfant.

  En avant-goût, un extrait des « Calepins bleus » exposé salle Miro :

« 6/7/33

9 h 17. Ai joué comme un forcené jusqu’au matin. Ai bu comme le sable la mer.

À minuit, tout ce que j’avais sur moi était …brûlé après une apparence éphémère de chance… environ 1200 fr.

Rentré aussitôt pour prendre tout ce que nous avions, ma femme et moi, d’argent liquide : 6125 fr. – J’ai tout perdu encore, et ce sont des Chinois et des Indiens qui m’ont eu dans un B. M. (ndlr : Bordel malgache ou Bordel militaire ?) qui est aussi un tripot.

Rentré seulement à 4 h 15 du matin, rond comme un sou et soûl comme la lune.

Pauvre petite Mary ! tu vas maintenant faire face, seule et avec ton seul courage, à toutes nos dettes de juin ! Tu sais bien que c’est sans aucune méchanceté de ma part, sans vice naturel, ni même propension au vice du jeu, que tête baissée, yeux fermés et bouche tendue, je te fais quelquefois de ces misères en oubliant tout – et nos enfants.

Seulement ce goût du mystère qui m’a toujours attiré, aimanté… »

  Quoi qu’il en soit, nous gardons en souvenir celui qui a si bien analysé la littérature malgache à ses débuts : « Le procédé de la poétique hova répond au besoin de la race, dont la suprême élégance consiste en une éloquence à la fois dévorante et imperceptible comme une flamme allumée en plein midi »  (Journal des Poètes, 1931).

  Un magnifique moment de fraternité avec Ny Malagasy Orkestra

Quant au concert, il fut somptueux. Après le talentueux trio de Root’art (kalon’ny fahiny) en première partie, les dix artistes de Ny Malagasy Orkestra – très compétents, distingués et conviviaux -, ont donné une image forte de la musique et de ses instruments, du chant et de la danse de la Grande Île dans un voyage immobile hors pair. Entre le gabarit physique de  Justin Vali, venu des Hautes Terres centrales, celui du gaillard Manindry venu du Sud de l’île et la souplesse de gymnaste chinois de Dieudonné (ex-Voninavoko), la preuve de la diversité et de l’harmonie d’un peuple n’est plus à faire.

  Venu très nombreux, le public tout entier a joué le jeu en suivant les indications des danseurs : ils ont enflammé le grand amphithéâtre de l’UNESCO. Les spectateurs, réunis en grappes enthousiastes devant le vaste hall de l’Avenue de Suffren, ont été longs à se séparer. L’album « Masoala » de Ny Malagasy Orkestra est d’ores et déjà disponible via votre réseau habituel.

  Quant à moi, je salue la réussite de ces journées de la délégation malgache de l’UNESCO à Paris.

  Et aux prochaines journées de Madagascar !  Sourire



Vazaha very, Vazaha lany mofo, Vazaha tara-sambo

Les Vazaha very ou « décivilisés »

de Charles Renel (1923) à Robert Mallet (1964)

in SIELEC, Les nouveaux mondes : un mythe fondateur des littératures de l’ère coloniale,

Montpellier, Université Paul Valéry, jeudi 27 mai 2010, Salle Pierre Jourda, 11h30

N.B. La 1ère apparition du mot « vazaha » est située dans le Dictionnaire dit de Flacourt (1658) pour désigner les chrétiens (y compris les Malgaches du Sud-Est convertis).

L’expression malgache « Vazaha very » (littéralement, « Blanc égaré ») est définie de nos jours par Claudine Bavoux comme désignant « l’étranger assimilé au pays [Madagascar], coupé de sa communauté ».

Une définition du psychanalyste Jean-François Reverzy présente le roman de la décivilisation comme « une fable ou un apologue établissant une immersion décivilisante ou acculturante du héros européen porté par son identification indigène ». J.-F. Reverzy rappelle par la même occasion que l’opposition du mythe de la « décivilisation » au mythe de la « civilisation » part en fait du roman de Claude Farrère, Les Civilisés (1905), paru quelques années plus tôt et qui connut un succès important : ce dernier oppose d’une manière ambiguë la « civilisation du monde décadent de la colonie indochinoise naissante, où fleurissent perversion, veuleries et cruauté sur le fond de vulgarité de la bureaucratie coloniale, au monde indigène et surtout aux valeurs supérieures des castes guerrières occidentales ou orientales.

Corpus : 

- RENEL, Charles, Le Décivilisé, Paris, Flammarion, La Première Oeuvre, 1923, 249 p [2e éd. : Éd. Grand Océan, coll. « Le Roman colonial », 1999]

- POIRIER, Louis, Caïn. Aventures des mers exotiques, Paris, Rieder, 1930, 243 p

- D’ESME, Jean, Epaves australes, Paris, Éd. de la Nouvelle Critique, coll. Les maîtres du roman, 1932, 246 p.

- MALLET, Robert, Région inhabitée, Paris, Gallimard, NRF, 1964, 190 p. [2e éd. : Gallimard, 1991]   

               Par l’examen de ce  motif, le « décivilisé », je propose une lecture de ces écrits qui en analyse les enjeux littéraires, historiques, anthropologiques et nécessairement politiques.

          Qu’il s’agisse de « décivilisé » ou de « décivilisation », avec les guillemets comme réquisit, l’intitulé désigne d’entrée de jeu l’idéal rousseauiste qui sous-tend le cycle romanesque en son principe. En effet, c’est la vision idyllique qui a le mieux caractérisé jusqu’à présent la littérature française sur Madagascar, y compris à l’époque où les détracteurs de l’exotisme ont commencé à clamer leurs réticences – de Morand à Le Clézio, en passant par Lévi-Strauss-.

        En ce même XXe siècle, toutefois, se développait parallèlement à la vison idyllique la dévalorisation systématique du Malgache par les romanciers coloniaux. Durant la période post-coloniale, cette posture-ci apparaît en filigrane d’une littérature mélancolique qui fleurit surtout à partir des années 1970. La nostalgie de l’ailleurs  malgache fait ressusciter l’histoire hypothétique de ces pirates du XVIIIe siècle, fondateurs d’une nouvelle Utopie, Libertalia, à Diego-Suarez (Daniel Vaxelaire en 1990, sur un sujet de Daniel Defoe alias Captain Johnson en 1728). Ou la belle vie des coloniaux (Georges Lejamble, Les Coloniaux, 87, suivi de Place Colbert, 90), celle des coopérants (Gérald Donque, Une si banale aventure, 79 ; Frédéric Dornac, L’Oeil du cyclone, 1980). Et l’on retrouve encore ce mythe en 1990 sous la plume d’une Nicole Viloteau, publiciste solitaire qui se « décivilise » volontiers dans les Sorciers de la pleine lune pour les besoins de son reportage. Bref, aujourd’hui encore, la fiction continue d’idéaliser la terre malgache comme territoire privilégié du bildungsroman. Et quand les publicistes viennent habiter le motif, il est clair que celui-ci est… vendeur.

       Ma problématique convoque le succès pérenne de ce thème aux racines proto-coloniales ou coloniales (à propos duquel Jean-François Durand ici présent pourrait dire encore que le Nouveau monde peut puiser son essence dans le monde archaïque…). L’analyse du ressourcement de l’Occidental dans les sociétés primitives s’organisera ainsi autour de deux axes : d’une part, les conditions d’émergence d’un mythe dans le champ protéiforme de l’exotisme ; d’autre part, la transgénéricité (roman exotique, roman colonial, récit de voyage, utopie) ; enfin le recours aux techniques d’investigation de l’histoire littéraire qui permettra de poser les jalons de quelques axes porteurs de ce motif fictionnel dan sle cadre qui doit lui être dévolu.  

 °0°

 

[... développement publié sous peu sur le site de la SIELEC en attendant la parution des actes en 2012]

 

°0°

         On s’interroge alors sur les rapports que cette littérature de l’errance et de l’échec pourraient entretenir avec l’ensemble des littératures francophones de l’océan Indien. Une piste est ouverte par Jean-Michel Racault, qui a fait émerger le motif de l’Éden insulaire dans l’océan Indien.

         « Comme l’enclos où se sont retirées les deux familles de Paul et Virginie, le domaine réunionnais de la Morelle, dans Les Noces de la vanille de Loys Masson, ou celui, mauricien, de l’Enfoncement du Boucan dans Le Chercheur d’or de Le Clézio se donnent implicitement pour des recréations du Paradis Terrestre de la Genèse, dont la perfection instable est semblablement menacée soit par l’intrusion en son sein de la violence extérieure, soit par l’irruption interne d’une tentation sensuelle qui en brise l’innocence. »

         Ainsi, la description d’un nouvel Éden et l’échec qui sert à chaque fois de dénouement pointent l’appartenance du cycle de la « décivilisation » à la grande famille india-océanique. Tout se passe comme si, s’étant « décivilisés » pour ne trouver en définitive qu’un ailleurs indigène « inhabité », les personnages du cycle avaient effectivement vécu un conte philosophique, mettant en garde le sujet moyen contre les attraits d’une entreprise hors de son univers ordinaire, une entreprise prometteuse de paradis somme toute utopique. Au bout du conte, cette quête interminable du paradis perdu ne pouvait être que le reflet de l’inadaptation et de l’errance. Mais étant vu que plusieurs aires des sociétés traditionnelles ont inspiré le motif, on s’autorisera à conclure  qu’après tout, comme la littérature de la « décivilisation », les littératures india-océaniques, souvent commises par la diaspora francophone, pourraient être elles aussi héritières du désenchantement de Farrère et de Lévi-Strauss.
__________________________________________



À lire : Le Sens littéraire de l’humour (Jean-Marc Moura, PUF, 2010)
24 mars, 2010, 12:15
Classé dans : etude,humour,lieux de culture,litterature,reflexion

Présentation de l’éditeur :

Y a-t-il une notion plus galvaudée que celle d’humour ? Tout le monde voudrait en avoir mais personne ne sait exactement en quoi il consiste. Le phénomène a suscité d’innombrables travaux en philosophie et dans la plupart des sciences humaines, sans que l’on s’accorde sur ce phénomène particulièrement déroutant. Le domaine littéraire est en l’occurrence particulièrement intéressant, car il existe un ensemble d’oeuvres majeures assez unanimement reconnues comme représentatives de l’humour occidental. À partir de la relecture de ces oeuvres, le livre pose au fond deux questions : qu’entendre exactement par humour en littérature et par quels moyens un texte réussit-il à nous faire sourire ?

Caractérisé par une ambivalence foncière, l’humour littéraire manipule les discours, traverse les genres, recourt à la plupart des procédés rhétoriques et cultive n’importe quelle thématique, pour engendrer chez le lecteur un sourire qui se distingue clairement de l’ordre plus général du comique ou de la satire. Cet art de faire coexister les éléments textuels les plus contradictoires relève d’une poétique dont l’auteur met en évidence les grandes procédures.

Au carrefour de l’histoire des idées et des études littéraires et culturelles, cet ouvrage, qui s’appuie sur de nombreux travaux tant passés que récents (souvent non encore traduits en français), développe des analyses plongeant dans le meilleur des lettres occidentales et redécouvre ainsi le lien primaire unissant texte littéraire et sourire humoristique.

NB de N.G. : On peut s’attarder particulièrement sur la troisième partie :

LE SENS SOURIANT DE L’EXCENTRICITÉ HUMAINE

I. Dispositions de l’humour : Le moi parodié La synthèse contradictoire L’inconsistance

II. Le sourire de la littérature

Jean-Marc Moura, professeur de littérature à l’Université de Paris Ouest, est notamment l’auteur de Littératures francophones et théorie post-coloniale, L’Europe littéraire et l’ailleurs (PUF, 1998), et La Littérature des lointains. Histoire de l’exotisme européen au XXe siècle (PUF, rééd. « Quadrige » 2007), (Champion, 1998).



Rencontre-débat à Nanterre : Des mots pour langes… Intervenants : MC Gomez-Géraud et JM Moura
Des mots pour langes et quelques soties malgaches 

Rencontre-débat à Nanterre : Des mots pour langes... Intervenants : MC Gomez-Géraud et JM Moura dans creationmoz-screenshot-2 dans Diego-Suarez

moz-screenshot dans difference  dans fiction

Litt.générale
Récit

OUVRAGE DISPONIBLE

Librairie L’Harmattan

sur ChaPitre.com

sur Fnac.com

sur http://www.editions-amalthee.com/article.php?sid=1770

sur Amazon.fr

sur Alapage.com

Dilicom (libraires)

 

 

 

Rencontre-débat

avec

Nivoelisoa Galibert

 

Université Paris-0uest – Nanterre

Mercredi 31 mars 2010

18h-19h30

Bât. L Salle R05

 

Discutants :

Marie-Christine Gomez-Géraud

Jean-Marc Moura

 

Des mots pour langes et quelques soties malgaches
Nivoelisoa Galibert
96 pages
11.00
Isbn 978-2-310-00508-1 

NOTE DE L’ÉDITEUR

À la fois caustique et tendre, railleur et réflexif, prosaïque et poétique, ce recueil suggère que le commerce avec l’Autre peut faire de la différence culturelle une source d’émotions inattendues… L’auteur y découpe la vie de Lisa, enfant à Madagascar puis universitaire, voyageant entre son pays natal et sa patrie d’adoption, la Francophonie. Madagascar, pays fantasmatique, devient alors « Mada », île-continent bien réelle dont les arcanes perdent un peu de leur mystère au fil des anecdotes contées !
Les textes présentés ici peuvent se lire d’une traite ou en se ménageant quelques haltes entre deux récits pour savourer une langue inédite.
Professeur de littératures comparées, née à Antananarivo, Nivoelisoa Galibert y a vécu jusqu’en 1970 puis de 1979 à 1996.
Après plusieurs années en alternance entre Madagascar et La Réunion, elle réside actuellement à Bordeaux.

 

 

 

 



Travaux en cours (2010-2011)

Au boulot
© D.G. 2007

- Nivoelisoa Galibert : L’Interférence et Un conte de la nuit in Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard, éds., Jean-Joseph Rabearivelo, Oeuvre intégrale [titre provisoire], Paris, CNRS Éditions, coll. Planète libre. Édition scientifique. Publication en 2011.

- Nivoelisoa Galibert : Les Voyages… à Madagascar de Nicolas Mayeur (1747-1813). Édition scientifique. Publication en 2011.



Relation véritable au XXIe siècle : un portable devenu savonnette

Relevé dans L’Express de Madagascar, n° 4480 du 14 décembre 2009

© T.M., 2009

N.B. Ar ou ariary :  monnaie malgache (1euro =  13000 Ar environ)

 Un homme a perdu Ar 40 000 vendredi, en achetant un téléphone portable à Ampefiloha. Deux hommes ont réussi à le filouter en vendant un poste fabriqué à partir de savon de lessive. La victime affirme qu’elle ne s’est rendu compte de la manœuvre qu’au moment où il comptait se procurer un chargeur pour le téléphone.

 « Je cherchais des pièces de voiture quand deux individus m’ont accosté pour me proposer un portable », raconte-t-elle. Haut de gamme, celui-ci a été proposé à Ar 150 000. Le client s’est aussitôt intéressé à l’offre alléchante après avoir testé l’appareil avec sa puce. Pourtant, il leur a indiqué qu’il ne disposait que de Ar 30 000. Entre-temps, le téléphone, qui était remballé dans sa housse, a été déjà remis à l’un de ses interlocuteurs.

« Après une longue discussion, les malfrats ont concédé la marchandise à Ar 40 000 », dit la victime. Le poste payé, un des escrocs a sorti le paquet de sa poche. Confiant, le client ne l’a plus vérifié.

 La savonnette était cachée dans la housse et présentait la même taille que le vrai portable. Des touches de manipulation ont été collées sur l’une de ses faces.

 Teholy Martin Date : 14-12-2009



« Des petits bouts de mes rêves » par Claire G.
30 novembre, 2009, 12:46
Classé dans : compte rendu,correspondance,difference,lieux de culture,monde,societe,voyage

 Ma jeune nièce Claire est infirmière. Actuellement, elle est en vacances avec une amie en Nouvelle Zélande et elle écrit une chronique régulière pour ses proches. Cette relation-ci date du surlendemain du match-test où le Quinze de France a été battu par 12 à 39 par les All Blacks (28 novembre 2009). Pour ses loisirs, Claire fait elle aussi du rugby féminin à côté du surf.

Publié avec l’aimable autorisation de l’auteure © C.G., 2009

Kia Ora,                                                                                         Wainui, Gisborne

Tout d’abord merci à tout ceux qui m’ont envoyé un petit mot, j’en suis ravie ! Ici toujours du beau temps malgré du vent, du vent du vent… le soleil brûle (pas pour rien qu’on sent qu’il y a un trou  dans la couche d’ozone ici). Encore une session incroyable avec Moko le dauphin… J’étais à l’eau avec mes palmes et des amis surfeurs et Moko nous a rejoint pour… jouer. Seulement la bestiole fait quand même plus de 2m ! Il a passé son temps a mettre des grands coups de tête coquins dans les planches de surfs pour les voir tomber à l’eau, jouant à disparaitre de la surface pour réapparaitre plus loin. Et je l’ai longuement intrigué avec mes palmes, ils venait sous l’eau et restait sous moi à les toucher doucement avec son rostre, me poussant gentiment. Il y a des moments ou c’est un peu effrayant d’apercevoir cette grande bête dans l’eau immobile comme ça ! Il a une peau tellement douce et est tellement agile. Vendredi a été une journée incroyable, nous sommes partis à Tolaga Bay à une heure au nord de Gisborne. Léa avait déjà rencontré un couple étrange mais très sympathique et nous voulions leur demander de nous introduire dans leur Maraé (maison communautaire maorie dans lesquelles se passent tout les grands évènements de la vie). Allan et Bessie nous ont ouvert leurs portes et c’était incroyable, leur maison est située à l’embouchure du fleuve sur la mer, on peut voir toute la baie ainsi que les falaises, ils sont d’anciens fleuristes le jardin ressemble au jardin d’Eden, des arbres partout parfois fleuris, des palmiers,  des fuchsias, des pensées, des bougainvilliers… et tant d’autres plantes que je ne connais pas ! Ils nous ont invité à boire quelque chose et nous avons parlé de tant de choses, ils ont voyagé partout dans le monde avec leur tente ! Syrie, Lybie, Afghanistan, Chine… Ils sont incroyables, lui est anglais, il a d’ailleurs ce côté un peu guindé des Britanniques mais un sourire lumineux et la touche de décontraction apportée par les tongs qu’ils doit porter à l’année vu qu’elles ont foncé la peau de ces pieds ! Elle est maorie et a des cheveux qui tombent jusqu’aux chevilles (oui je vous jure elle les a détaché pour nous). Tout les 2 sont un peu les gardiens du Maraé (qui est encore utilisé bien sûr). Allan nous a introduites dans Ruhakapanga Maraé. Un maraé sert à prendre les décisions importantes de la tribu à célébrer les morts bref c’est un lieu spirituel dans lequel les maoris peuvent passer plusieurs jours. Il est tout en bois décoré de peintures (rouges noires et blanches) et de panneaux de bois sculptés. L’intérieur est fait de panneaux de flax tressés en motifs géométriques représentant la mer, la montagne… ils sont appelés Tuka Tuka et en alternance des panneaux de bois représentant toute la généalogie de la tribu (toute les personnes ayant contribué à l’histoire de leur communauté), le maraé représente le corps, l’ossature de la tribu comme si tous ne faisaient qu’un. Quand nous sommes repartis, c’était bien sûr avec des fruits, la promesse de revenir après noël pour faire du kayak dans la baie… Je mesure la chance que j’ai eue, entrer dans un maraé est difficile pour nous Pakehas ! Le reste de la journée a aussi été magnifique car nous sommes partis en rando, avec une petite partie de bush natif (avec les grandes fougères qui me plaisent tant) des prairies pleines de moutons et des côtes accidentées donnant sur Tolaga Bay et ses eaux turquoises au pied des falaises… Cela ne fait que 4 jours que je suis là et c’est tout les jours incroyable ! 

Au rayon des choses drôles, la Nouvelle Zélande mène une campagne de sensibilisation contre le cancer de la prostate… et vous savez comment : « grow a mo and help save a bro ! » ce qui signifie faites vous pousser la moustache pour aider un frère. Les kiwis se font pousser la moustache depuis le 1er novembre et envoient  leur photo sur un site internet, les gens y laissent des commentaires et des dons. Chaque jour dans le journal on peut voir un « best-of » ! c’est une manière sympa et décontractée de sensibiliser la population ! Autre grand moment : le match France Nouvelle Zélande… ça chambrait avant le match… et surtout après ! Heureusement ça a été un beau match et je m’en suis sortie par une pirouette en disant qu’on pouvait perdre contre les  Blacks mais pas contre l’Angleterre donc tout va bien ! Sur ce, je vous laisse et je m’en vais sur les routes avec notre maison aménagée direction l’île du Sud et ses paysages montagneux et peut-être même Stewart Island tout au sud. 

Muxuak

Claire



Actualité d’une opinion émise le 6 mai 2009 sur la crise malgache

Extrait de « Le chercheur et le bureaucrate » par Ny Marina (voir LIENS)

Didier Galibert a raison d’écrire : « Le nombre des morts paraîtra faible au regard d’hécatombes africaines, mais c’est le code traditionnel, assimilant l’ordre social et politique des vivants visibles au cosmos tout entier – comme si l’affichage de l’usage de la force mettait en péril la totalité de la vie sociale, publique et privée –, qui a été violé ».
Sans doute pourrait-on pinailler sur l’« implacable hiérarchie de la naissance selon les ordres sociaux », sur ce qui serait « un héritage culturel privilégiant la non-responsabilité des puissants à l’égard du bien-être populaire » ou encore sur l’incapacité des Eglises à « jouer efficacement leur rôle d’encadrement et de médiation, du fait de la proximité de l’une d’elles avec le pouvoir »
Ce sont là points de détail que, valable sur le long terme dans le passé, la conclusion de Didier Galibert fait heureusement oublier : « l’histoire malgache paraît démontrer une capacité d’influence assez faible des acteurs étrangers. J’explique ce fait par la conjonction d’un sentiment insulaire puissant, d’une conscience nationale ancrée dans l’unité linguistique et religieuse – en amont du travail des missionnaires ».


123

Mundus Antiquitatis |
2008: Sur les chemins du su... |
Ben & Marion's Australi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CanadaBlog
| Tafraout - Circuits Excursi...
| almimi